Le cancer du sein

Dépistage cancer du sein

Le cancer du sein : Comment vivre avec ?

Le cancer du sein est le cancer le plus répandu chez les femmes à travers le monde. Il s’agit d’une croissance cellulaire excessive au niveau des glandes mammaires. En général, 1 femme sur 8 en est victime, c’est pourquoi il est important de connaitre les facteurs de risque et d’adopter les bons comportements ainsi que de suivre le programme de dépistage précoce afin d’augmenter les chances de guérison.

Les facteurs de risques

Il existe des facteurs de risques pour une femme d’être atteinte d’un cancer du sein et qui nécessitent donc une vigilance particulière :

L’âge

Le risque de cancer du sein augmente avec l’âge. À 20 ans, le risque de cancer du sein au cours de la prochaine décennie est de 0,06 %. À l’âge de 70 ans, ce chiffre atteint 3,84 %.

Les facteurs génétiques

Le patrimoine génétique explique 5 à 10% des cas de cancer du sein : avoir un proche parent qui a eu un cancer du sein augmente le risque de développer la maladie.

Les femmes porteuses des gènes BRCA1 et BRCA2 ont un risque plus élevé de développer un cancer du sein, un cancer de l’ovaire ou les deux.

Un antécédent de cancer

Les femmes qui ont déjà eu un cancer du sein, de l’utérus ou de l’ovaire sont plus susceptibles de le développer à nouveau que celles qui n’ont pas d’antécédents de la maladie.

La corpulence

Les femmes en surpoids notamment après la ménopause ont plus de risques de développer un cancer du sein, probablement en raison de l’influence facilitatrice des cellules graisseuse sur les cellules cancéreuses. Une consommation élevée de sucre peut également être un facteur.

La consommation d’alcool et de tabac

Une tendance régulière à la consommation d’alcool et/ou de tabac semble jouer un rôle dans le développement du cancer du sein.

Même s’il n’y a aucun moyen de prévenir le cancer du sein, adopter de bons comportements dans son mode de vie permet de réduire considérablement le risque de cancer du sein, ainsi que d’autres types de cancer.

Le dépistage, le meilleur allié contre la maladie,

Le dépistage est essentiel et peut se révéler vital. Anticiper la maladie est le moyen le plus efficace de la combattre.

En France, les femmes bénéficient dès 50 ans d’un parcours d’examen organisé les invitant à pratiquer une mammographie tous les deux ans. Cette radio des seins reste l’examen de référence pour détecter la maladie. Cette campagne de prévention gouvernementale permet à chaque femme de passer gratuitement une mammographie sans prescription médicale préalable.

  • Si vous présentez l’un des facteurs de risque ou que vous ressentez une gêne au sein, n’attendez pas l’examen préventif, consultez immédiatement votre médecin pour programmer une mammographie.
  • Au-delà de cette campagne de prévention, bien connaitre vos seins sera votre meilleur allié pour soulever toute anomalie. En pratiquant des gestes simples d’auto-examen réguliers, vous restez en alerte de tout changement : gonflement visible, rougeur, écoulement au niveau du mamelon…
  • Depuis 26 ans, l’association Le cancer du sein, Parlons-En ! se mobilise autour d’une campagne d’information, Octobre Rose, pour soutenir la recherche et communiquer autour de la maladie.

 

Découvrez notre page prévention sur le dépistage du cancer du sein.

Vivre avec un cancer

La recherche scientifique a nettement contribué au développement des traitements contre la maladie. En fonction de la tumeur et de sa taille, le choix du médecin s’orientera soit vers la chirurgie ou biensoit vers des traitements conservateurs : radiothérapie, traitements médicamenteux chimiothérapiques ou par blocage des hormones.

Dans tous les cas, faire appel à des structures d’écoute pour échanger, accompagner et soutenir est un facteur clé de succès vers la guérison.

MFCF Prévention

Petit rappel de la MFCF

  • Entièrement couvert par l’assurance maladie, le dépistage organisé n’engendre aucun frais de santé ! Si vous sortez en revanche de la campagne de prévention, contactez votre mutuelle MFCF pour prendre connaissance des modalités de prise en charge des actes complémentaires.