La tactique anti-tiques

D’avril à novembre, c’est la saison des piqûres de tiques. En particulier, si vous aimez la nature et les espaces verts. Or ces petits insectes voraces peuvent vous faire contracter la maladie de Lyme. 60 000 personnes en sont victimes chaque année. Un vrai problème de santé publique, qui a conduit le gouvernement à mettre en place en 2016 un plan national d’action. La maladie de Lyme est souvent difficile à identifier, d’où la nécessité d’adopter les bons gestes de prévention.

Qui est concerné par la maladie de Lyme ?

Beaucoup de monde… Sont particulièrement touchées, les personnes en contact avec la nature : randonneurs, campeurs, ramasseurs de champignons, jardiniers, bûcherons, agriculteurs, mais aussi les simples promeneurs… Les tiques raffolent des zones boisées et humides, de la montagne et apprécient aussi les parcs urbains et les jardins. Un tiers des personnes est ainsi contaminé dans son jardin.

La prévention contre les tiques avant une activité de nature

La meilleure façon de se protéger lors de promenades, c’est d’éviter de se faire piquer. Il est donc conseillé de porter des vêtements longs qui couvrent les bras et les jambes, un chapeau, et de rentrer le bas du pantalon dans les chaussettes. Restez sur les chemins, évitez les broussailles, les fougères et les hautes herbes.

Autre solution, mettez un répulsif contre les insectes sur votre peau ou sur vos vêtements. Enfin, pensez à emporter un tire-tique (disponible en pharmacie).

Comment repérer et retirer une tique ?

Pas de panique : si la transmission de la maladie de Lyme à l’homme se fait uniquement par piqûres de tiques, 90% des personnes qui les subissent ne la développent pas.
Pour l’éviter, il faut retirer la ou les tiques le plus rapidement possible : plus une tique reste accrochée longtemps, plus elle risque de transmettre la bactérie.

Malheureusement, les tiques peuvent rester accrochées sur la peau ou le cuir chevelu sans qu’on s’en aperçoive car leur piqûre ne fait pas mal. Il faut donc vérifier soigneusement l’ensemble du corps, en particulier les aisselles, les plis du coude, derrière les genoux, le cuir chevelu, derrière les oreilles, et les régions génitales pour débusquer une ou des tiques.

N’hésitez pas à demander de l’aide à un proche pour examiner certaines parties du corps moins accessibles (dos, cheveux). Utilisez un miroir si vous êtes seul(e).

Attention, ne retirez pas la tique avec vos ongles : elle pourrait vous repiquer ! Ne l’écrasez pas non plus : vous devez utiliser un tire-tique ou une petite pince pour saisir la tique à sa base, la faire pivoter, puis tirer. Enfin, aspergez la plaie avec un médicament antiseptique pour la désinfecter.

Reconnaitre la maladie de Lyme et la traiter

Dans les 30 jours qui suivent une piqûre, peut apparaître un « érythème migrant », c’est-à-dire une plaque rouge et arrondie qui s’étend en cercle autour de la zone piquée, puis disparaît en quelques semaines voire quelques mois.

L’évolution est très favorable lorsque la maladie est diagnostiquée et traitée précocement. Un traitement antibiotique de 2 semaines pourra alors être prescrit. En revanche, en l’absence de traitement, au bout de plusieurs mois ou années, des atteintes graves du système nerveux, des articulations, du cœur et de la peau peuvent s’installer.

 

Page publiée le 24/06/2022

MFCF Prévention

Le conseil MFCF :

  • Avec ou sans plaque rouge, allez voir votre médecin en cas de symptômes grippaux,
    de paralysie faciale ou de fatigue inhabituelle quelques semaines ou quelques mois après la piqûre.